David Rachline présente l'affiche et le slogan de 2nd tour de l'élection présidentielle

/ 26 avril 2017 / Étiquettes : /

Conférence de presse de David Rachline, Directeur de campagne de Marine Le Pen, pour présenter l’affiche et le slogan de la campagne de second tour :

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie d’être présents ce matin pour la présentation de l’affiche officielle de Marine Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle.

Le 24 avril dernier, pour le premier tour, près de 8 millions de Français ont porté leurs suffrages sur Marine Le Pen. C’est un score historique, qui témoigne de l’engouement et de l’adhésion toujours plus importante au grand projet que nous portons. Ces 8 millions de personnes ont affiché dès le premier tour de cette élection leur patriotisme. Elles ont l’amour de leur pays chevillé au corps, et n’entendent pas que la France disparaisse ou s’efface. Ils ont parfaitement perçu ce qui se joue dans moins de deux semaines.

Le choix de la France, c’est précisément l’enjeu de ce second tour de l’élection présidentielle.

L’adversaire que nous affrontons n’est pas seulement l’héritier de François Hollande. Emmanuel Macron partage certes le bilan catastrophique de son mentor socialiste, qui le soutient, il veut aggraver les politiques désastreuses menées pendant cinq ans et qui ont conduit à une explosion de la dette, des impôts et du chômage. Mais il veut aussi faire disparaître la France en tant que nation, en tant que peuple uni, en tant que civilisation.
Emmanuel Macron lui a choisi l’oligarchie. Et l’oligarchie l’a choisi, j’en veux pour preuve l’afflux de soutiens qui font la promotion de sa candidature, du PS à l’UMP, du Medef à l’UOIF, de la Commission Européenne à Angela Merkel en passant par les patrons de presse, les banques d’affaires et des grands patrons du CAC40.

Emmanuel Macron a affirmé qu’il n’y avait pas de culture française. Il affirmé qu’il n’y avait pas d’art français. Il ose même dire à l’étranger que la France aurait commis des crimes contre l’humanité. Ces déclarations sont logiques dans la bouche d’un homme pour qui la France n’est pas une nation, mais un territoire, un terrain-vague parmi d’autres. Les Français pas un peuple, mais une population. Les Françaises et les Français des paramètres à gérer comme on gère des actifs dans une salle de marché.
Il veut développer un fédéralisme européen, qui serait mortifère pour le pays et qui nous arracherait le peu de pouvoir qu’il nous reste. C’est un projet brutal, qui méprise le peuple et qui ne laisse aucune place à la démocratie. Il fait le choix de la fuite en avant européiste, quand nous faisons le choix de la France et de l’Europe de la coopération fructueuse entre les nations libres et souveraines.

Il entend fondre la France dans un magma mondial, fade, uniforme, qui donne la prime au modèle anglo-saxon et qui dénigre le monde francophone. La mondialisation sauvage, responsable de notre déclin, de la fermeture de nos usines et de nos entreprises, du saccage de nos services publics, de l’explosion de la précarité et de la pauvreté, cette mondialisation sauvage, il veut la renforcer. Cette mondialisation sauvage encore, qui pilonne notre protection sociale, qui fragilise nos aînés et qui consume notre identité nationale. Dans sa conception du monde et de l’homme, le salarié est jetable et interchangeable, le chômeur est un poids, comme le retraité qu’il veut surtaxer de CSG. Il fait le choix du zéro protection, de jeter les travailleurs, les retraités dans le grand bain de la mondialisation sauvage. Nous faisons le choix de la France qui protège et qui n’oublie pas les plus fragiles, les plus humbles, nos anciens, nos jeunes comme les travailleurs.
Emmanuel Macron choisit le communautarisme, en exaltant les communautés à la fin de chacun de ses discours, en optant pour la discrimination positive, en mettant en cause la laïcité jusqu’au financement public des lieux de culte. Nous choisissons nous la République et la laïcité réaffirmée, la France de l’assimilation, la France de la méritocratie qui se souvient qu’à chaque fois qu’il y a une discrimination positive, il y a à côté une discrimination négative.
Emmanuel Macron choisit la disparition complète des frontières, aussi bien commerciales que migratoires. Nous choisissons nous la frontière, qui n’est pas un mur mais un filtre, aussi bien sur le plan économique que du point de vue de l’immigration.
Voilà le projet d’Emmanuel Macron : l’effacement définitif de la France. Ce second tour de l’élection présidentielle s’apparente à un véritable référendum pour ou contre la France.
C’est cette question qui sera posée aux Français le 7 mai prochain lorsqu’ils se rendront dans les bureaux de vote.
Choisir la France, c’est l’option que Marine propose aux Français.

Les Français ont tout intérêt à faire ce choix. C’est le choix de l’avenir, de la solidarité et de la protection face à un projet fratricide et inhumain. C’est le seul choix qui protégera les Français et ramènera la prospérité dans notre pays. Le seul qui renforcera la paix et la cohésion nationale.

=> Choisir la France, c’est d’abord retrouver notre indépendance.
Nous ne sommes plus libres, nous avons les pieds et mains liés. Nous n’avons plus la maîtrise de notre destin car la politique ne se décide plus en France par les Français mais à Bruxelles, par la Commission européenne.

C’est cette situation qu’Emmanuel Macron veut aggraver, en remettant définitivement tout notre pouvoir, toute notre souveraineté entre les mains d’un aéropage de technocrates, qui n’a aucune légitimité démocratique.

Au contraire, avec Marine, nous faisons le choix de la France et du peuple français : c’est au peuple qu’il revient de décider de son destin, de la politique qui doit être menée. Ce sont les Français qui doivent décider de l’avenir de leur pays.
=> Choisir la France, c’est choisir la démocratie, aujourd’hui si mal en point
Nous n’avons pas l’intention comme Monsieur Macron de multiplier les ordonnances en arrivant au pouvoir, manière de faire qui rappelle le 49.3, en pire. Y compris pour imposer une loi El Khomri aggravée comme il entend le faire. Nous voulons la démocratie restaurée, en faisant davantage de référendums, en en respectant les résultats, en créant le référendum d’initiative populaire, en rendant aux Français leur souveraineté populaire, en mettant en place la proportionnelle intégrale pour que tout le monde soit représenté dans les assemblées.
=> Choisir la France, c’est défendre et promouvoir un modèle social.
Nous ne voulons pas non plus que la mondialisation sauvage nous aspire, nous efface complètement, qu’elle emporte dans son tourbillon notre protection sociale et qu’elle jette des millions de Français dans la précarité et les pousse vers le chômage.

Au contraire, en choisissant la France, nous choisissons de remettre la nation au cœur de toute politique.

Pour la politique internationale et européenne de la France notamment : puisque seule l’Europe des nations, respectueuse des souverainetés et basée sur la coopération entre les États, peut fonctionner. Seule une politique internationale qui fait place aux États peut renforcer la paix.

Mais c’est aussi le cas pour la politique nationale.

La Nation, c’est ce qui protège. La France, c’est elle qui peut protéger les Français.

=> Choisir la France c’est aspirer à un mode de vie et à des valeurs, porter fièrement une identité nationale
Nous voulons protéger les Français. Protéger notre façon de vivre, protéger et valoriser le patrimoine que nous ont légué nos ancêtres. Sans protection aucune, ces trésors sont voués à disparaître, tout comme l’unité de la Nation et notre sécurité.

Contre le communautarisme qui gangrène notre société et exacerbe les tensions et les violences. Pour réduire l’immigration massive, qui empêche toute assimilation et fait pression à la baisse sur les salaires des travailleurs français. Pour réaffirmer la laïcité partout, afin d’assurer l’égalité sur tout le territoire et pour protéger les droits des femmes menacés par la montée du fondamentalisme islamiste. Pour mener une lutte implacable contre le terrorisme islamiste, qui tue sur notre territoire, jusqu’à nos forces de l’ordre.

Oui, avec Marine, nous protégerons la France et nous protégerons les Français.

=> Mais choisir la France, c’est aussi protéger nos emplois et oxygéner notre économie. C’est créer plusieurs centaines de milliers d’emplois afin de redonner du travail à chaque Français. C’est au final arrêter de regarder les bras ballants nos entreprises qui délocalisent, nos emplois qui filent à l’étranger.

Choisir la France, c’est choisir nos entreprises, au bénéfice des Français. Oui, nous choisissons d’avantager les TPE, les PME, les créateurs et les innovateurs, les artisans, les indépendants, les agriculteurs, qui créent l’emploi dans notre pays. Nous choisissons de les avantager dans la commande publique, de les protéger de la concurrence internationale, des traités de libre-échange qui sont destructeurs pour nos agriculteurs. Nous choisissons de faire du patriotisme économique, de faire du protectionnisme intelligent pour avantager nos entreprises et nos producteurs, pour booster l’innovation et l’emploi.

En un mot, en choisissant la France, nous choisissons tout ce qui est bon pour les Français et le pays.

La campagne de second tour qui vient de s’ouvrir oppose donc deux projets très clairs. D’une part, celui de la mondialisation, qui affaiblit les Nations et organise la concurrence déloyale entre les États, la compétition sans règle, la lutte acharnée, le matraquage du plus faible au bénéfice du plus puissant. C’est au final un choix ringard, qui s’inscrit parfaitement dans les politiques qui sont menées depuis des années, qui affirment qu’il faut toujours plus d’Europe, toujours plus de libre-échange, toujours moins de France.

Et le nôtre, profondément novateur, qui remet au cœur la France et la protection des Français. C’est un projet revigorant que nous proposons aux Français et que résume parfaitement cette affiche.

Marine incarne ce choix, elle incarne le choix de la France. Elle rendra à la France sa puissance et aux Français leur fierté. C’est une femme courageuse, je la connais : elle est résolue, résolue à rendre à la France le rôle qu’elle n’aurait jamais dû abandonner. Résolue à protéger ce qu’il nous reste et à reconquérir ce que nous avons perdu.

Choisir la France, voilà le mot d’ordre de Marine, son élan d’espérance, celui qui nous permettra de rassembler les Français.
Je vous remercie.

__________________________

Lien vers l’affiche de la campagne du second tour :
https://wetransfer.com/downloads/5624f6df3c46239277c246d0ffacd17a20170426105204/27ad0c482f2439e859c903463fdcdaac20170426105204/639b02

Retrouvez-la aussi sur le site officiel de campagne marine2017.fr :
https://www.marine2017.fr/2017/04/26/choisir-france-affiche-de-2nd-tour/