Le plan de désendettement de la France

Si l’avertissement pour contenir l’endettement de la France lancé le 5 janvier dernier par le Premier Président de la Cour des comptes Monsieur Didier Migaud n’a pas été entendu par le gouvernement qui s’est déjà disqualifié pour résoudre la crise; moi je ne me contenterai pas, comme l’UMPS ou le Modem, d’annoncer une simple réduction des déficits publics ou l’adoption d’une pseudo « règle d’or budgétaire» qui sera reniée aussi vite que le fut le Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC), mais mon ambition est d’aller jusqu’à désendetter la France.

La dette publique de la France est passée de 21% du PIB en 1974 à plus de 86 % du PIB à ce jour. Mais, le quinquennat 2007-2012 du «Président de la dette » inféodé aux marchés financiers mondiaux aura marqué un record historique de surendettement public avec un accroissement de plus de 500 milliards d’euros soit + 47%, avant même l’effet de la crise. Fin 2004, la dette publique de la France atteignait 1000 milliards d’euros alors même que Nicolas Sarkozy était Ministre de l’économie et des finances; A fin 2011, elle dépasse les 1700 milliards d’euros, soit 70% de hausse entre 2004 et 2011 (700 Mds € en 7 ans à comparer aux 1000 milliards d’euros sur les 30 années précédentes).

Fin 2012, elle devrait être supérieure à 1800 milliards d’euros sans compter la charge d’intérêts de la dette s’élevant à 60 000 € environ par ménage. Le ratio dette/PIB s’approche dangereusement du seuil fatidique des 90 % au-delà duquel le poids de la dette devient insoutenable. Cette spirale infernale à progression exponentielle, rend le gonflement de la dette incontrôlable.

Pour mieux vous faire visualiser l’importance du problème, imaginez cette dette en coupures de 100 euros, elle représenterait environ l’équivalent du volume de l’Arc de Triomphe.

Par ailleurs, j’attire votre attention sur la notion de la « charge de la dette » qui absorbe chaque année 80% de l’impôt sur le revenu et est en passe de devenir le premier poste de dépenses du budget de l’Etat.
Sur la période 1973-2011, la collectivité aura versé à nos créanciers plus de 1 400 Mds € (constants) d’intérêts financiers cumulés (125 millions d’€ d’intérêts / jour), pour un niveau de dette publique de 1700 Mds €, ce qui donne un solde net d’environ 300 Mds € (constants) de dette seulement, soit 15 % du PIB. Cela change toute la donne économique !

Les premiers symptômes négatifs de la crise du surendettement structurel sont déjà visibles :
– Au moins 24 nouvelles taxes auront été créées entre 2007 et 2012.
– 2 plans de rigueur ont été adoptés en 2011pour un montant prévisionnel de 18 Mds € pour 2012
– Le 18 10 2011: l’agence Moody’s a indiqué qu’elle plaçait la France sous « surveillance négative »
– Le 7 12 2011: l’agence Standard & Poor’s (S&P) a mis l’ensemble des pays AAA de la zone euro sous « surveillance négative », menaçant de baisser en particulier la note de la France de deux crans.
– Le 16 12 2011: l’agence Fitch abaisse aussi de « stable » à « négative » la perspective de la note française à long terme.
– Le CDS français à 5 ans (prime d’assurance contre le risque de défaut) début 2012 a un niveau fort de 240 points, ce qui équivaut financièrement à une note triple B.
Résigné à la perte quasi inéluctable de sa note « triple A », le gouvernement prépare les Français à cette nouvelle, même s’il assure à qui veut l’entendre, qu’il n’y aura pas de troisième plan de rigueur avant la présidentielle. Un tel événement propulserait immédiatement les taux d’intérêts nominaux au seuil fatal des 6 %, mais surtout enraierait l’usine à gaz du dispositif de financement du Fonds Européen de stabilité Financière (FESF) qui repose sur les garanties allemande et française.

Les prochaines levées de fonds de l’Etat français seront manifestement difficiles, de surcroit dans un marché obligataire européen saturé d’emprunts douteux en provenance des plans de « renflouement de l’euro », dont le seul but est d’acheter du temps jusqu’aux élections.
Trois facteurs sont à l’origine de l’augmentation de la dette publique de la France :
– la forte baisse des recettes fiscales avec les cadeaux fiscaux successifs aux entreprises et aux contribuables les plus riches ;
– l’interdiction que les gouvernements se sont imposés de faire financer les déficits publics par la banque centrale ;
– les variations des taux d’intérêt.

Cette dette « himalayenne » cumulée depuis près de 40 ans sert d’alibi aux plans de rigueur, à la casse des services publics et des prestations sociales. Elle est l’héritage de la gestion calamiteuse des finances publiques des gouvernements et présidents successifs, qui a conduit notre nation à une situation de banqueroute virtuelle. Cet échec flagrant classe ces politiciens dans le camp des « disqualifiés » et/ou des incompétents !

Je pose la question, dans leur modèle économique ultralibéral, comment et quand les partis du système qui depuis 1975 n’ont jamais procédé au moindre remboursement net du capital-dette, vont-ils pouvoir demain résorber la dette publique française, sans anéantir notre protection sociale ?

En terme macro-économique, si l’on fait une analyse prospective globale de la cinématique de cette hémorragie budgétaire permanente, on peut anticiper (sur la courbe rose page 3) que leur déficit zéro devrait être atteint en 2025 au mieux et que parallèlement leur dette (sur la courbe bleu page 4) va par l’effet d’anatocisme des intérêts (c’est l’inertie des besoins d’emprunt ou communément l’effet « boule de neige »), continuer à s’accroitre dangereusement jusqu’à son niveau d’étiage de 3121 Milliards d’€ soit 1400 Milliards d’€ courants de dette supplémentaire sur la période 2012-2025.

Il en ressort que :
* A l’horizon 2025- notre modèle : Résorption de 50 % du capital-dette 2012 (soit 30 % environ du PIB)
* A l’horizon 2110- modèle UMP/PS: Résorption de 50 % du capital-dette 2012, mais la grande différence dans 1 siècle, avec un pic de dette à 3120 Mds € en 2025 (sur base de remboursement moyen de 30 Mds d’€ / an courants) et surtout au prix de lourds sacrifices sociaux.

C’est la preuve par trois que le « mur de la dette » dénonçé par Philippe Séguin il y a vingt ans, est une réalité incontournable aujourd’hui dans leur système keynésien de surendettement.
Pour y échapper Messieurs Sarkozy et Hollande agitent le chiffon de la « discipline budgétaire » par de fausses promesses électoralistes de réduction des déficits publics (Règle d’or ou pas,…) par soumission au dogme allemand et au diktat d’une Union Européenne qui rêve maintenant d’un fédéralisme total.

Ils promettent même de ramener le déficit public de 5,7% du PIB en 2011 à un retour au déficit zéro en 2016 pour l’UMP ou 2017 pour Hollande.
Nous allons voir que c’est arithmétiquement impossible, sauf à appliquer une politique d’austérité digne d’une sortie de guerre, qui désintègrera la protection sociale (Retraite, Santé, chômage…) ainsi que les services publics, jusqu’à causer des émeutes dans les classes populaires et moyennes, façon Athènes ou Madrid.
Monsieur Fillon a déclaré le 7 novembre 2011: « il faut économiser 100 Milliards d’€ pour arriver à zéro déficit d’ici 2016 » et Monsieur Attali parle lui de 90 Milliards d’€ dans 3 ans pour atteindre l’équilibre, sans préciser toutefois si ce montant est annuel ou pas.
Chacun selon leur doctrine respective agira sur le ratio dette/PIB; l’UMP jouera sur la réduction des dépenses et le PS sur la hausse des impôts, mais dans les 2 politiques le dénominateur commun sera le plan de rigueur.
Si je ne suis pas élue, attendez-vous alors à une loi de finances rectificative dès juin 2012, pour imposer des plans de rigueur draconiens, qu’ils vous cacheront soigneusement durant la campagne.

Lorsque l’on constate la situation de délabrement actuel du secteur public (santé, police, justice, armée,..) ne serait-ce qu’avec 9 Milliards d’€ économisés par la loi de RGPP* sur le premier budget triennal 2009-2011, je vous laisse imaginer l’état de décomposition des administrations publiques et des régimes de protection sociale, si des plans de rigueur annuels de 100 Milliards d’€ étaient appliqués.

Examinons maintenant plus précisément, les 2 cas de figure possibles dans le modèle économique UMP /PS :
1er CAS : Réduction du déficit public sans désendettement
2eme CAS : Résorption de la dette publique
Pour vous présenter cette modélisation, je laisse la parole au Professeur Sulzer !

1er cas : Réduction du déficit public sans désendettement :

– En 2017: Retour à l’équilibre budgétaire avec 1943 Mds € de dette publique mais au prix d’un saccage social, contre 1963 Mds € constants de dette dans notre modèle économique.

– Horizon 2030: Dette publique 2764 Mds € (115 % de leur PIB) avec progression constante de la dette publique qui par en effet « boule de neige » devient PERPETUELLE, contre 93 Mds € constants de dette dans notre modèle économique

Vous pouvez constater dans la colonne 4 charge de la dette, une envolée spectaculaire de 20 Milliards d’€ par rapport à 2011, suite à la perte du triple A dès 2012 et par un effet de volume sur le capital-dette.
Le chiffre prévisionnel de cumul des plans de rigueur dans la LdF 2012 est de 18 Milliards d’€; en réalité il faudrait 23 Milliards d’€ pour atteindre les 4,5 % de PIB de déficit public 2012 et 120 Milliards d’€ de plan de rigueur en 2016 pour réaliser l’objectif du gouvernement Sarkozy d’un déficit zéro.

(*)Révision Générale des Politiques Publiques
A l’inverse, ils auraient besoin d’un taux de croissance de l’ordre de 7% / an durant au moins une décennie pour générer des recettes fiscales et résorber leur déficit. Une croissance que nous n’avons jamais connue. L’arithmétique est implacable, ce qui était déjà difficile avec une croissance molle espérée autour de 2% en 2011, relève de l’impossible avec cette hypothèse de 7%.
Résumé du 1er cas :
C’est un saccage social à court terme et un défaut de l’Etat à long terme !

2eme cas : Résorption de la dette publique
C’est le cas de figure le plus vraisemblable !
– Horizon 2025: Retour à l’équilibre budgétaire mais 3116 Milliards d’€ de dette publique (130 % de 2400 Mds € de leur PIB), contre 837 Milliards d’€ constants de dette dans notre modèle économique

– Horizon 2030: Dette publique 2895 Milliards d’€ (115 % de 2500 Mds € de leur PIB) avant une lente décrue mais au prix d’une casse sociale, contre 93 Milliards d’€ constants de dette dans notre modèle économique.

Cette modélisation pour être la plus objective possible avec notre modèle, n’intègre même pas le coût du sauvetage de l’euro par le financement français à hauteur de 31 Milliards d’€ (21 % de 159 Milliards d’€ du FESF) nécessaires en 2012 pour renflouer l’Italie et l’Espagne, soit 34 % d’imposition supplémentaire à prélever.

Il est évident que cette politique d’austérité budgétaire n’est pas crédible voire irresponsable socialement pour les citoyens et les candidats du système sont dans une impasse technique, même pour réduire leurs déficits…

En réalité, l’unique moyen pour les Etats occidentaux de rassurer les marchés financiers dans leurs émissions d’emprunt consisterait à se donner les moyens de réduire leur ratio dette/PIB à terme, par une reprise de l’activité économique. Cependant, la mise en place brutale et dans l’urgence de politiques fortement restrictives est contre-productive. Le retour à une orthodoxie budgétaire doit en effet être progressif et séquencé, sous peine d’obérer la relance de la croissance économique, l’emploi, la consommation et in fine de constater une chute des recettes de l’Etat.
Cette baisse de la consommation va se traduire par une récession sévère en Europe.
Résumé du 2eme cas :
Une dette perpétuelle et une casse sociale permanente !

Au vue de ces projections alarmantes du modèle économique ultralibéral de l’UMP/PS qui nous mène sur la route de la servitude aux marchés financiers, la question de la dette publique est donc le « nœud gordien » de tout le système de pillage des richesses de la nation par la financiarisation de l’économie et le libre-échange mondialisé.

Je veux éviter à tous les Français « l’esclavage pour dette». C’est un suicide économique et social de la France, une euthanasie des épargnants, des retraités et des salariés que vous réservent les deux candidats du parti UMPS, après les élections…. Je dis à mes compatriotes, qu’importe Hollande ou Sarkozy, ils sont interchangeables et vous imposeront de force une austérité draconienne de 100 Milliards d’€ /an en moyenne, socialement insupportable. Voilà la vérité !

Ce « nœud gordien » du fardeau de la dette, je veux le trancher ! Pour cela, il faut opposer aux plans de RIGUEUR qui profitent à une hyper-caste minoritaire, un plan de VIGUEUR qui profite à l’intérêt général des citoyens et qui enrichisse la France.

Si aucune action sérieuse n’est mise en œuvre d’urgence, la descente aux enfers de la zone euro continuera avec l’aggravation de la crise des dettes souveraines. La France, leadership de l’Europe, doit maintenant proposer une autre issue à ses partenaires européens par une déconstruction concertée et organisée de l’euro monnaie unique et un retour aux monnaies nationales.

Une politique économique alternative avec une sortie par le haut de la crise de la dette, existe bel et bien, celle du « modèle économique patriotique » inspiré en parti du seul prix Nobel d’économie Français Monsieur Maurice Allais, pour qui « la création monétaire doit relever de l’État et de l’État seul ! ».
Mon plan de désendettement 2013 est élaboré sur cette base économique et veille scrupuleusement au respect des principes du « Club de Paris » pour éviter toute solution de répudiation pure et simple de la dette étrangère, qui représenterait un risque de réputation trop négatif pour la France.
Je le dis solennellement, la vraie raison du surendettement de la France, ça n’est pas la dérive des dépenses de protection sociale, ni de ses services publics pour chercher à culpabiliser le citoyen, mais la loi de 1973 (dite loi Pompidou-Giscard).

Cette loi qui a interdit à la DGFIP (ex Trésor Public) d’emprunter directement à la Banque de France à un taux d’intérêt quasi nul, pour s’adapter aux exigences de la mondialisation économique, laissant ainsi aux banques commerciales privées, le monopole du droit de création monétaire. C’est une « privatisation de l’argent public» inacceptable et qui joue un rôle considérable dans le niveau actuel de la dette.

Pour mémoire, cette loi a consisté en 1973 à obliger l’Etat à aller emprunter sur les marchés financiers internationaux. C’est une espèce de sabordage financier. Cette interdiction de financer l’Etat fut complétée par l’indépendance de la Banque de France accordée en août 1993 par le gouvernement d’Edouard Balladur. Les différents traités européens confirmeront cette double orientation puisque l’article 104 du traité de Maastricht est devenu l’article 123 du traité de Lisbonne en 2008.

En l’absence du levier de la croissance économique pour susciter des recettes fiscales puis des excédents budgétaires, la seule variable sur laquelle un Etat souverain peut agir est la « monétisation de la dette» afin de repartir du bon pied. Dans l’éthique économique de mon projet: le secteur privé se finance sur le marché privé et l’Etat se finance auprès du service public !

Après négociations européennes qui s’appuieront juridiquement sur le « compromis du Luxembourg » qui prévoit que les États peuvent déroger aux règles européennes s’ils estiment que leur « intérêt vital » est en jeu, suivra la reprise de contrôle de notre politique monétaire et de taux de change, tout comme 95 % des nations dans le monde.
La Banque de France sera autonome vis-à-vis du pouvoir exécutif mais pour autant non indépendante. Elle retrouvera ses prérogatives monétaires et aura pour mission de rétablir le circuit des avances au Trésor Public pour redonner une capacité d’autofinancement à l’État qui s’affranchira ainsi de l’emprise des marchés financiers et des agences de notation internationales.
Cette reprise de contrôle de notre politique monétaire et de taux de change est la mesure centrale de mon projet économique, outre un audit préalable et approfondi de la dette, diligenté dès mon élection.

Selon les prévisions de mon plan de désendettement 2013, l’objectif politique est d’apurer la dette publique en douceur et sans saccage social de la population française, pour rétablir le cercle vertueux et l’orthodoxie budgétaire.

Le défi technique est de viser en 2018 un retour à l’équilibre budgétaire (déficit zéro) et la résorption à l’horizon 2025 de 50 % environ du capital-dette initial (soit 30 % du PIB 2025). Cet assainissement des finances publiques passera par l’utilisation de 3 leviers principaux:

1/ Economies PROGRESSIVES sur les mauvaises dépenses de budget entre 5 et 70 Milliards € / an (gel budget UE, fraudes sociales, coût de la décentralisation, coût de l’immigration, gains du non sauvetage de l’Euro et des aides aux états de la ZE, etc…);

2/ Monétisation par la Banque de France pour un TOTAL de 100 Milliards € / an (5 % du PIB 2012) dont + 90 Milliards € / an pour générer des excédents budgétaires ventilés en:
* AMORTISSEMENT direct et progressif du capital-dette (stock) pour 45 Milliards € / an (2,5 % du PIB), qui consiste à stériliser une fraction de la dette
* REMBOURSEMENT de la charge de la dette imputé dans le budget (flux), pour 45 Milliards € / an (2,5 % du PIB), dégressif à partir de 2018;
* RELANCE économique: + 10 Milliards € / an imputés dans le budget, pour soutenir la réindustrialisation, l’emploi, l’activité,…la consommation et au final les recettes fiscales.

3/ Une opération de « Francisation ou nationalisation de la dette publique » défendu par exemple par Jean-Michel Quatrepoint pour diversifier nos gisements de ressources financières, par des incitations fiscales fortes à l’investissement des Français, qui contribueront ainsi au refinancement de la dette souveraine, à l’indépendance et à la solvabilité de l’état. Ce qui aura également l’avantage de sécuriser l’épargne populaire. Volume attendu : 50 Milliards € / an.

Je précise qu’il n’est pas dans les attributions habituelles d’un chef de l’Etat de gérer le budget des collectivités locales, toutefois en ces temps de crise où l’insolvabilité est générale, l’Etat est au final le garant en dernier ressort; en conséquence, j’ai décidé d’introduire dans mon plan de désendettement 2013, le périmètre global de la dette des administrations publiques françaises (ou « APu »): État, administrations centrales, administrations de la Sécurité Sociale et administrations locales.

Pour l’explication technique, je repasse la parole au Professeur Sulzer

Avec notre modèle économique « patriotique», le déficit zéro devrait être atteint en 2018 et la résorption de 50% environ du volume de capital-dette initial devrait être obtenu à l’horizon 2025 avec 837 Milliards d’€ (30 % du PIB 2025) et surtout sans sacrifices sociaux.
Vous pouvez constater dans la colonne 4 « charge de la dette », une diminution graduelle importante due à un taux d’intérêt nominal moyen pondéré et fixe à 3 % en début de période, combinée à une baisse du volume de capital-dette. De par la rotation totale du portefeuille de la dette publique en 7 ans, ce taux moyen pondéré décroit structurellement à partir de 2018 pour atteindre 1 % en fin de période;
Ces gains annuels sur la charge de la dette sont progressivement translatés vers l’amortissement du capital-dette (colonne 5), ayant un effet d’accélération favorable dans la vitesse de désendettement.

Dans la colonne 7 du solde disponible en remboursement du capital-dette lorsque le chiffre est négatif, il n’y a pas de capacité d’autofinancement et à l’inverse si le chiffre est positif, il y en a une.

Nous avons calculé aussi le cas de l’éclatement de la zone euro avec retour aux monnaies nationales.
Je vous rappelle que l’estimation actuelle du sauvetage de l’euro est de 210 milliards minimum, soit 21 %, la quote-part française dans le FESF/MES.
Avec une dépréciation de – 9,4 % du Franc Français (d’après l’étude NOMURA du 21 12 2011); la dette augmentera proportionnellement par rapport aux créanciers étrangers de 107 Milliards d’€ (avec dette étrangère 66 % de 1720 Milliards d’€ ); Cependant, les 107 Milliards d’€ seront échelonnés sur la maturité du portefeuille de la dette qui est de 7 ans, soit un montant annuel de 15 Milliards d’€ par an supplémentaire.
Le cas échéant, nous nous autoriserons la possibilité de recourir à une éventuelle dévaluation compétitive, à tout moment, qui relancera l’économie et l’emploi
J’entends déjà la horde d’économistes et d’experts patentés du système qui n’ont pas prévu la crise contrairement aux miens et ceux que je consulte, venir m’expliquer que ce plan de désendettement est impossible, absurde, isolationniste ou encore fou. Pour ma part, plutôt que de paroles ou d’incantations stériles, j’invite ces experts à nous démontrer scientifiquement que ce dispositif de désendettement n’est pas viable.

Mes détracteurs avanceront aussi le vieux dogme de la théorie quantitative de la monnaie qui relie automatiquement l’accroissement de la masse monétaire à l’inflation, en prétextant le recours à la planche à billets. Mais n’est ce pas une politique monétaire expansionniste de la BCE dans la zone euro que réclament à corps et à cris les dirigeants politiques, tel Monsieur Rocard et avec plus de fédéralisme budgétaire ?

Alors, ce qui serait efficace au niveau de la zone euro ne le serait plus au niveau de la nation ?

Ce qu’ils se gardent bien de dire aux Français, c’est que depuis 2002, la BCE a multiplié par trois la masse monétaire M3 (taux d’accroissement de 8% par an environ) dans la zone euro, dont 489 Milliards d’€ d’injection de liquidités à 3 ans le 21 décembre dernier, mais l’inflation est restée contenue à 2 % environ en moyenne sur cette période (cf. diapositive 14 en annexe). Plus loin dans le passé, on enregistrait en France 5% par an d’inflation moyenne entre 1963 et 1972, puis 11 % par an en moyenne entre 1973 et 1982. CQFD.

Bien entendu, cette politique économique n’a de sens que si ce mode de financement démocratique de l’Etat s’oriente, non pas vers du budget de fonctionnement comme avant, mais bien vers des investissements productifs, des infrastructures, de la recherche, dans l’économie physique au service de la population et du travail humain. Donc, une création monétaire avec création de richesse n’est pas inflationniste !

Enfin, avec la récession qui s’annonce en Europe, le danger n’est pas l’inflation, mais la déflation qui entraînerait l’économie dans un cycle dépressif.

Paradoxalement, on le voit depuis près de 2 ans avec la politique monétaire (le Quantitative Easing) du Royaume Uni, la monétisation de la dette est un mécanisme qui rassure les investisseurs internationaux sur la capacité de garantir les engagements financiers et la qualité de signature de l’Etat.

Ironie du sort pour mes adversaires UMP/PS, c’est le modèle économique patriotique de soutien à la dynamique de désendettement public, de soutien à l’emploi, au pouvoir d’achat, à la croissance et à la protection sociale grâce à une politique monétaire et budgétaire mixte, qui pourrait conforter la notation de solidité financière française: ce fameux triple A !

A ce titre, je vous fais remarquer qu’au sein de l’Agence France Trésor chargée d’émettre la dette française, aucun représentant de l’Etat-débiteur ne siège au comite stratégique pour piloter la dette publique, alors que de nombreux créanciers privés internationaux sont présents au tour de table, dont des banques ou des fonds de pensions étrangers, tels que Blackrock et autres.

Qui défend les intérêts de la France ? Je dis qu’il y a un conflit d’intérêt très grave dans le fonctionnement de nos institutions financières !
Napoléon Bonaparte a eu une citation historique édifiante pour illustrer ce propos « Quand l’argent d’un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation » ! On est loin de la moralisation du capitalisme de Nicolas Sarkozy en 2008 et du G20 de 2011.
L’argument simpliste selon lequel quitter l’euro reviendrait à gonfler la dette publique x 2 ou x 3 ne résiste donc pas à l’analyse chiffrée. C’est même le contraire qui est vrai : sortir de l’euro et recouvrer sa monnaie nationale est la condition sine qua non au désendettement des finances publiques ? Et c’est valable pour toutes les nations.

Finalement, pour quelles raisons devrions- nous croire les élites UMP/PS Modem résignées et coresponsables de la crise actuelle ? Ceux-là même qui nous avaient promis des lendemains qui chantent à l’époque de Maastricht et de Lisbonne se mettent à faire des prédictions apocalyptiques pour nous dissuader de nous libérer du carcan monétaire européen. Les mêmes qui avaient prédit l’enfer pour la Suède en 2003 quand elle a refusé l’Euro. Aujourd’hui, la Suède fait 4 % de croissance et affiche un excédent budgétaire.

En effet, le constat est accablant pour le modèle économique ultralibéral défendu par l’UMP/PS ; la situation d’insolvabilité de la France semble inextricable et l’engrenage de la banqueroute est engagé vers des conséquences prévisibles:
– Le défaut de paiement de l’Etat qui entraînerait l’euthanasie des épargnants par une perte partielle de la valeur des investissements en obligations souveraines ( Ex : les Fonds euros d’Assurance Vie, les OPCVM, etc.)
– La dislocation de la zone euro et l’implosion subie de l’euro monnaie unique qui enchaîneraient sur une panique financière
– L’hyperinflation par une rupture du barrage de la dette qui n’est autre qu’une inflation retenue et une imposition cachée
– Cas encore plus grave, les banques seraient en faillite, avec un fonds de garantie bancaire très insuffisant (2 Mds € pour 1200 Mds de dépôts) pour indemniser les déposants,

A l’inverse, ce plan de désendettement par une politique mixte monétaire et budgétaire raisonnable, correspond parfaitement à ma vision stratégique à long terme pour la France et n’est qu’une 1ere étape vers un « ordre monétaire libre », pour éviter une mise sous tutelle des budgets nationaux sous la coupe des technocrates de Bruxelles ou pire ceux du FMI à Washington.

Il n’y a donc pas de fatalité au déclin. Vous le voyez, les solutions existent, encore faut-il le courage politique de les mettre en œuvre. Je l’ai !

Pour que la France reste une grande puissance économique mondiale, dans le concert des nations nous devons abandonner ces politiques de rigueur terrifiantes. Le désendettement est un enjeu prioritaire Parallèlement, grâce à ce modèle économique patriotique, à un protectionnisme raisonné et une nouvelle compétitivité, nous relancerons l’emploi, la croissance, le pouvoir d’achat et les excédents de la balance extérieure.

S’opposer à cette politique économique alternative que je soumets aux Français, correspondrait à un acte de «non assistance à peuple en danger de mort économique !».

Et, je ne l’imagine pas.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie