Réforme de la Zone Euro : dialogue de sourds Franco-Allemand et marché de dupes pour Macron

Communiqués / 19 avril 2018 / /

Communiqué de presse de Bernard Monot, Député Européen, Stratégiste économique

M. Macron fait aujourd’hui le déplacement à Berlin pour chercher à sauver son projet de réforme de la zone euro. Malgré des effets d’annonces répétés en France, obtenir un accord significatif sur la transformation de la zone euro, avec l’Allemagne en vue du Sommet européen de juin, semble très improbable. Cela repoussera de facto toute réforme à après les élections européennes de 2019.

L’illusoire amitié franco-allemande paraît définitivement compromise. La chancelière allemande a déjà dit « Nein ! » à toute mesure proposée par la France qui conduirait les contribuables allemands à assumer la responsabilité des dettes des Etats dépensiers de la zone euro. Dernier épisode en date, le Bundestag a mis sur la table cette semaine une résolution destinée à maintenir la position du gouvernement allemand et qui est opposée aux demandes de la France. Une douche froide pour E. Macron !

Ainsi, un pouvoir de police budgétaire sur les Etats serait confié à un Fonds Monétaire Européen, soustrait à tout contrôle démocratique sur le modèle de « l’indépendance » de la BCE. Il serait interdit aux banques d’acquérir des titres de dette publique de leur Etat. Ou encore, des mécanismes automatiques de restructuration de dette publique seraient mis en place pour soumettre à une austérité budgétaire les Etats menacés de crises financières.

En prévision des élections européennes, M. Macron sera contraint de concéder à l’Allemagne la mise en place du FME, cet instrument antidémocratique de rétorsion financière qui sera extrêmement dommageable et dangereux pour la France. Le Front National continuera de s’élever contre cette soumission volontaire et systématique de la France à la suprématie politique allemande !