Suppression du quotient familial : la dernière idée folle pour fragiliser les familles françaises

Communiqués / 20 mars 2018 / /

Communiqué de presse de Bruno BILDE, député du Pas-de-Calais, membre de la Commission des affaires sociales

Dans un article du 20 mars 2018, le journal L’Opinion fait état des conclusions inquiétantes de la mission d’information sur la politique familiale qui seront examinées lors de la réunion de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale ce mercredi 21 mars.

Le projet de rapport, présenté par le député Guillaume Chiche (LREM), prévoirait notamment de supprimer le quotient familial pour le « fusionner » avec les allocations familiales. L’Opinion précise également que le député macroniste envisageait même de revenir sur l’universalité des allocations familiales, rayant d’un trait de plume un principe d’égalité entre toutes les familles françaises.

Avec le verbe de la technocratie aveugle et injuste et les codes de la haute finance (« simplification », « fusion », « mutualisation »), la politique familiale d’Emmanuel Macron peut se résumer en un gigantesque coup de rabot dont les classes moyennes seront encore victimes.

Le quotient familial n’est ni un régime spécial ni un privilège à abattre. Il fut instauré le 31 décembre 1945 par le Général de Gaulle pour soutenir la démographie française en accordant un avantage fiscal croissant avec le nombre d’enfants aux foyers français. En cette période difficile où 9 millions de Français souffrent de la pauvreté et 15 millions de la crise du logement, il est nécessaire que l’Etat aide les familles à élever leurs enfants.

Après les jeunes avec la baisse des APL, après les automobilistes avec la limitation à 80km/h, après les retraités avec la hausse de la CSG, la majorité macroniste aux ordres du président jupitérien s’attaque aux familles en ciblant un symbole ancré dans l’histoire de notre société.

Le député macroniste Sylvain Maillard confesse que la politique familiale ne faisait pas partie du programme présidentiel d’Emmanuel Macron ce qui illustre son mépris pour la famille, cellule essentielle, enracinée et non marchande. A-t-il inventé la suppression du quotient familial dans la nuit comme son programme de lutte contre le terrorisme ?

Afin de garantir la protection sociale à laquelle les familles françaises ont droit et de mettre en œuvre une vraie politique nataliste, le Front National propose à l’inverse des politiques menées depuis 10 ans de rehausser progressivement le plafond du quotient familial, de rétablir la demi-part des veuves et veufs et la défiscalisation de la majoration des pensions de retraite pour les parents de familles nombreuses