A Mayotte, le Gouvernement doit prendre la mesure du problème et faire preuve de cohérence et de fermeté

Communiqués / 22 mars 2018 / Étiquettes : , /

Communiqué de presse du Front National

L’Union des Comores a renvoyé, mercredi 21 mars, vers le Département français de Mayotte un bateau portant pavillon comorien, le « Gombessa », avec 93 passagers en grande majorité Comoriens, lui refusant d’accoster dans le port de Mutsamudu dans l’île comorienne d’Anjouan.

Outre le fait qu’il apparaît contraire au droit international qu’un Etat refuse l’accostage sur son territoire d’un navire ayant sa nationalité, il s’agit là d’un acte clairement hostile envers notre pays et contraire aux relations de bonne coopération entre la France et les Comores.

Le Front national demande au Gouvernement que l’Ambassadeur de l’Union des Comores à Paris soit convoqué immédiatement au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères afin de lui faire part de manière très ferme du caractère intolérable de ce type d’agissements.

La question de l’immigration incontrôlée sur le territoire du Département de Mayotte prend un tour chaque jour plus dramatique et ne peut être traitée à la légère, comme l’avait fait le Président de la République, le 2 juin 2017, dans une plaisanterie d’un goût douteux, à propos des migrants venus à bord de kwassa-kwassa.

Pour éviter le chaos, cette situation doit faire l’objet d’une politique d’ensemble, comprenant des mesures législatives et un réexamen de notre coopération régionale.
Marine Le Pen a déposé hier une proposition de loi portant sur les mesures d’urgence spécifiques à Mayotte en matière de maîtrise de l’immigration et de maintien de l’ordre public