Macron, faux candide et vrai cynique au pays du protectionnisme triomphant

Tribunes libres / 10 janvier 2018 / /

Tribune libre de Franck Allisio, Conseiller régional de PACA, Coordinateur des forums

Après la génuflexion de Berlin, puis de Bruxelles, voici venue celle de Pékin. A chaque étape, son vœu pieux : « si on veut rééquilibrer le déficit commercial, il faut qu’on ait un meilleur accès au marché chinois ». Tel est le message délivré par Emmanuel Macron depuis l’Empire du Milieu. Le même que lorsqu’il était ministre de l’Economie. Le même que son prédécesseur. Et que celui du prédécesseur de son prédécesseur. Et ce depuis que la Chine s’est éveillée au capitalisme.

Pendant ce temps, les produits chinois inondent plus que jamais les marchés français et européen : 30% de nos vêtements en France sont chinois, 50% de l’acier mondial aussi, de même que 80% des panneaux solaires sur le marché européen. Et loin de s’améliorer, cette situation empire d’année en année puisque sur les seules 5 dernières années le déficit commercial des pays européens envers la Chine s’est accru de plus de 40%, celui de la France de plus de 50% !

Pendant ce temps la Chine utilise plus que jamais tous les moyens possibles et imaginables pour protéger son économie, son marché intérieur et ses entreprises : ses marchés publics intérieurs ne sont pas accessibles, les règles de la propriété intellectuelle n’y sont pas respectées, l’installation d’usines en Chine ou encore le transfert de technologies sont les conditions pour avoir accès au marché chinois, et évidemment son Yuan est stratégiquement sous-évalué.

Face à ce champion protectionniste, l’Union européenne à qui nous avons transféré notre politique et nos frontières commerciales fait… absolument le contraire ! Elle respecte scrupuleusement les règles de la concurrence pure et parfaite en étant la zone économique la plus ouverte et donc la plus vulnérable au monde et en interdisant tout coup de pousse à de potentiels champions européens dont elle empêche jusqu’à la constitution.

Emmanuel Macron sait tout ça mieux que personne puisque cette Union européenne qui s’est retournée contre les peuples européens est la sienne, celle qu’il défend et entend encore renforcer.

Voilà une différence majeure entre lui et ceux qui croient en la France, notre Europe sera celle de la préférence européenne, des patriotismes économiques nationaux au service des peuples et des entreprises européens. Nous nous défendrons comme se défendent avec succès les Chinois, les Américains, les Brésiliens, les Canadiens, les Indiens, les Japonais ou encore… les Français lorsqu’il s‘agit de notre exception culturelle !