Embargo russe : Comme prévu, les sanctions européennes ont sacrifié notre agriculture !

Communiqués / 26 janvier 2018 / /

Communiqué de presse de Philippe LOISEAU, Député français au Parlement européen, Groupe Europe des Nations et des Libertés, Conseiller régional du Centre-Val de Loire, et Mylène TROSZCZYNSKI, Député français au Parlement européen, Groupe Europe des Nations et des Libertés, Conseillère régionale de Picardie-NPdC

Les sanctions européennes contre la Russie auront donc été un échec total.

En effet, si le coût pour l’Europe de l’embargo russe est estimé à 8,1 milliards d’euros avec de graves difficultés pour nos agriculteurs, les conséquences sont tout autre pour la Russie. Son économie se renforce et son agriculture bat des records, à tel point qu’en trois ans seulement, la Russie n’est déjà plus dépendante des importations pour ses besoins alimentaires.

Rumen Porodzanov, ministre de l’agriculture bulgare, qui a exposé ses priorités agricoles pour la Présidence bulgare du Conseil de l’Union européenne, a déclaré : « la Russie a beaucoup développé son agriculture, cela ne l’intéresse même plus de rouvrir son marché. Les sanctions européennes l’ont poussée à assurer sa propre sécurité alimentaire ».

Outre la perte de ce gigantesque marché pour nos agriculteurs, il faut ajouter la fuite d’entrepreneurs qui se sont installés en Russie et créent donc de la richesse directement là-bas, et non plus en Europe.

Les sanctions décidées par l’Union européenne auront démontré, en plus de leur inefficacité, les conséquences désastreuses à long terme pour nos agriculteurs et notre marché.