UE : les programmes culturels aux mains des migrants

Communiqués, Parlement européen / 24 novembre 2017 / /

Communiqué de presse de Dominique Bilde, Député européen

Une fois de plus, l’Union européenne renonce à promouvoir l’identité européenne. Pis encore, elle fait la promotion des cultures étrangères par le biais de ses programmes culturels. Les fonds normalement destinés à promouvoir les politiques culturelles des États membres servent désormais à valoriser les cultures des migrants.

Pour justifier cela, on nous affirme qu’il faut renoncer aux politiques d’intégration qui seraient stigmatisantes pour des politiques d’inclusion permettant aux migrants de retrouver confiance en eux-mêmes via des projets culturels. Bref, tout migrant serait une victime et tout Européen serait prédisposé à devenir son bourreau.

Plus question donc de leur apprendre à lire et écrire dans la langue du pays d’accueil. À la place, on crée des orchestres de réfugiés, on tourne des documentaires où ils témoignent, on monte des expositions, on crée des plateformes de témoignages… Comme à l’école, adieu les fondamentaux, l’individu est roi. C’est à la société de s’adapter à lui, de lui faire une place parce que la société n’existe pas au-delà des individus qui la composent.

Ainsi, alors que de nombreuses voix s’élèvent régulièrement pour qu’on ne puisse pas dans le programme Erasmus+ financer d’autres projets, pas moins de 10 millions d’euros y sont piochés pour des projets culturels à destination des migrants. Si l’appel à projets s’intitule « Inclusion sociale via l’Éducation, la formation et la jeunesse », l’objectif n’est pas d’enseigner quoi que ce soit, mais de faire « la promotion des valeurs démocratiques, des droits fondamentaux, de la compréhension interculturelle et de la citoyenneté active ». Pour reprendre les termes d’une étude présentée en commission culture, il est évident qu’avec de telles politiques, « [i]l n’y aura pas de futur sans diversité » !