Communiqué de presse de Marine Le Pen, Député du Pas-de-Calais

Communiqués / 8 novembre 2017 / /

Suite à la demande formulée par Madame Nicole Belloubet, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le bureau de l’Assemblée nationale a décidé ce jour la levée de mon immunité parlementaire.

Le gouvernement actuel s’inscrit ainsi une nouvelle fois dans la continuité du précédent, car c’est Bernard Cazeneuve, alors ministre socialiste de l’Intérieur, qui avait saisi la justice dans cette affaire de liberté d’expression politique.

En effet, souhaitant dénoncer le parallèle ignoble établi entre le Front National et l’Etat islamique sur le plateau de BFMTV en décembre 2015, j’avais publié sur le réseau Twitter des photos des exactions de l’organisation terroriste, photos montrant l’horrible réalité de ces crimes.

En s’associant à cette opération politique menée hier par un ministre socialiste et aujourd’hui par une ministre en marche, les deux étant résolument engagés dans un combat violent contre le Front national, le bureau de l’Assemblée nationale affiche une volonté clairement revendiquée de persécuter une adversaire politique et de tenter de museler celle qui incarne l’opposition et l’alternative au pouvoir en place.

Au moment où la France est la cible permanente des attentats islamistes, où nos compatriotes sont sauvagement assassinés par les tueurs de l’Etat islamique, il est pour le moins scandaleux que l’Assemblée nationale feigne d’ignorer le fond de cette affaire et cherche à lui donner une connotation totalement étrangère au but qui était poursuivi.
Le pouvoir et ceux qui le servent entendent donner à cette affaire une tournure politique. Un procès sera donc l’occasion de dénoncer publiquement les agissements monstrueux de l’Etat islamique, mais également les défaillances coupables des pouvoirs publics.