Grundfos : une délocalisation évitable

Communiqués / 14 avril 2017 / /

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

L’usine Grundfos à Longeville-lès-Saint-Avold annonce un plan de réduction d’emplois, et la délocalisation d’une partie de sa production en Europe de l’Est. 80 salariés seraient concernés.

Confrontée à une concurrence internationale déloyale, venue notamment de Chine, l’entreprise est poussée à délocaliser.

Ces situations se multiplient sur le territoire national depuis des années et assèchent progressivement l’industrie française et l’emploi. Tétanisés par leur adoration de l’Union Européenne et du libre-échange total, les gouvernements successifs sont restés les bras croisés.

Marine Le Pen veut rompre dans son projet présidentiel avec cette inaction. Elle mettra en place une politique de protections pour rétablir une concurrence juste, supportable pour notre industrie, et qui ne force ni aux délocalisations, ni aux réductions de salaires. C’est l’objet de cette élection présidentielle : un véritable référendum sur la mondialisation sauvage, entre ceux qui n’ont jamais rien fait au pouvoir et Marine Le Pen qui veut protéger les Français, relancer l’industrie et s’affranchir des dogmes destructeurs de l’Union Européenne.