Niveau des élèves en Maths et en Sciences : une nouvelle preuve des dégâts de l'UMPS sur l'École.

Communiqués / 30 novembre 2016 / Étiquettes : , /

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Les résultats catastrophiques pour la France du classement international Timss, évaluant le niveau des élèves en Mathématiques et en Sciences (les Français étant respectivement derniers et avant-derniers de ce classement), traduisent l’effondrement du système éducatif français après des décennies de politiques UMPS sur lesquelles François Fillon, ancien ministre de l’Education nationale, porte à l’évidence une lourde responsabilité.

Un tel classement est catastrophique à double titre : non seulement le niveau moyen des Français en mathématiques est l’un des plus faibles au monde, signe extrêmement inquiétant pour l’avenir, mais de surcroît les inégalités n’ont jamais été aussi importantes entre les meilleurs élèves français et le reste de leurs camarades. En d’autres termes, seule une toute petite fraction d’élèves bénéficie encore d’un enseignement d’excellence quand l’immense majorité est abandonnée à son échec.

Il est désormais impératif de réformer en profondeur notre système éducatif, en revoyant aussi bien les méthodes que les conditions d’enseignement. Il n’y a donc pas une mesure à prendre en particulier, mais toute une nouvelle politique à mettre en place, en rupture avec celle du passé, pour recréer les conditions de l’excellence dans la transmission des savoirs.

Il devient ainsi impérieux d’abandonner un pédagogisme qui a totalement échoué et de redonner la priorité à l’enseignement disciplinaire, en termes de moyens et d’heures d’enseignement. Cet effort doit porter en classe devant les élèves mais aussi pendant la période de formation des enseignants. Il faut également consacrer beaucoup plus d’heures aux matières fondamentales à l’Ecole primaire.

En effet, cette chute vertigineuse du niveau des Français en Mathématiques et en Sciences se constate en réalité dans l’ensemble des matières fondamentales, notamment en français, preuve que la nature du problème est globale et sa responsabilité évidemment partagée entre l’UMP et le PS.