En Creuse comme ailleurs, les agriculteurs appellent au secours…

Communiqués, Parlement européen / 8 août 2016 / Étiquettes : , , /

Communiqué de presse de Philippe Loiseau, député français au parlement européen

Je me suis rendu en Creuse à l’appel d’agriculteurs désespérés. Producteurs de lait, éleveurs ovins et bovins, tous ont dressé un tableau catastrophique de l’agriculture française.

Agriculteur moi-même – 110 ha en région Centre -, je les comprends parfaitement. Toutes les filières sont dans le rouge, y compris le colza qui a subi une perte de 30%, les céréales de 40%.

Tous vendent à perte en subissant la pression de la grande distribution qui impose ses critères aux groupements de producteurs à qui ils confient la commercialisation de leurs productions. Une exploitation sur cinq va disparaître !

Obligés d’avoir deux emplois ou des petits boulots, certains doivent aller aux Restaurants du Cœur pour nourrir leur famille. Certains pensent au suicide… Sur les douze agriculteurs en redressement judiciaire en début d’année 2016 en Creuse, deux se sont suicidés !

Voilà la triste conséquence de la politique européenne agricole.

Ils m’ont fait part de leurs volontés et je serai leur porte-parole. Les producteurs laitiers réclament le retour des quotas et un prix de 380 euros pour les 1000 litres. Les éleveurs dénoncent des coûts de production plus élevés que le prix de vente. Comment avoir un revenu dans ces conditions ?

Des prix, pas des aides ! Voilà ce qu’ils veulent ! Ils réclament que les intermédiaires soient sous contrôle, que les groupements de producteurs défendent leurs intérêts et non ceux de la Grande Distribution, car tous ne peuvent pas faire de vente directe.

Souverainiste, je crois que cela ne pourra pas se faire dans cette Union européenne ultralibérale destructrice des souverainetés et avec cette PAC qui n’a plus de sens. Nous devons changer radicalement cette Europe, qui ne pourra plus être l’UE, pour avoir un autre projet agricole. Il y a urgence !