Patrimoine : le travail du Clic a payé au Sénat

Tribunes libres / 8 mars 2016 / Étiquettes : /

Tribune du Collectif Culture Libertés et Création

Quand les choses vont dans le bon sens, il faut savoir l’admettre. Nous avions émis de vives protestations contre le volet patrimonial de la Loi dite « Pellerin », heureusement le Sénat a amendé les parties les plus problématiques de ce texte. En novembre dernier, nous nous alarmions :

« (…) la législation relative à la protection du patrimoine, jamais remise en question pendant plus d’un siècle, est aujourd’hui menacée. Monuments historiques, secteurs sauvegardés et zones de protection du patrimoine architectural et urbain seront supprimés pour faire place à l’appellation unique de « Cité historique ». Pire : l’accord des architectes des Bâtiments de France, fins connaisseurs et protecteurs du patrimoine, ne sera plus requis pour modifier les protections.

Notre patrimoine sera donc livré aux intérêts locaux, aux spéculateurs. Les collectivités locales n’ont d’ailleurs ni le temps, ni le personnel, ni les moyens pour assurer ces missions correctement. Les services seront soumis à la pression des promoteurs et autres investisseurs. »

Il semblerait que nous ayons été entendus. Au moins par les sénateurs. Preuve de l’utilité majeure du travail de « lobbying » du Collectif Culture. Les sénateurs souhaiteraient en effet que les architectes des bâtiments de France conservent leur fonction de contrôleurs et de modérateurs des projets des collectivités.

Restent des questions.Les 500 mètres de protection aux abords d’un monument historique seront-ils supprimés ? Verra-t-on toujours des éoliennes installées dans le champ de visibilité d’un monument? Quel lien établir entre la nécessaire protection du patrimoine et les objectifs écologiques ? Le patrimoine est notre bien commun. C’est par ailleurs un atout pour la France de demain. Non seulement pour le tourisme, mais aussi pour les artisans et les artisans d’art. Les députés suivront-ils le Sénat ? Il faut l’espérer.