La voix du peuple !

Tribunes libres / 4 décembre 2015 / Étiquettes : /

Edito de Nicolas Bay (04.12.2015), Secrétaire Général du Front National

Le combat, urgent et vital, contre l’islamisme radical, aura vite cédé la place à la seule véritable préoccupation de ceux qui se relaient à la tête de notre pays depuis des décennies : conserver leur place ! Non, ce n’est pas contre l’Etat islamique et ses partisans sur notre territoire que tous s’entendent et frappent de concert, c’est contre le Front National. De l’ex-UMP au PS, en passant par tous leurs satellites et relais, tous se mobilisent pour sauver non pas « le système », mais LEUR système : le MEDEF, dont chacun sait pertinemment qu’il ne représente en rien le vrai monde de l’entreprise, les syndicats d’extrême gauche, dont chacun sait qu’ils ne représentent en rien les salariés, des journaux, dont chacun sait qu’ils ne doivent plus leur survie que grâce aux aides publiques. Et puis ces quelques peoples, exilés fiscaux pour certains, résidant en Floride ou en Suisse pour d’autres (quand ils ne cumulent pas), qui viennent asséner des leçons aux Français.

Nous laissons à l’UMPS ces peoples, car nous avons avec nous le peuple. Ce peuple de France qui s’apprête à voter massivement pour les listes du Front National et ses courageux candidats. Oui, trahis et trompés tant de fois, les Français aspirent aujourd’hui à une alternative réelle, et non plus à l’alternance factice. Les Français veulent désormais une véritable rupture, une rupture politique bien entendu mais aussi une rupture éthique. Le mépris affiché ces derniers jours par la caste politicienne pour la démocratie, pour le peuple, ne peut que les renforcer dans leur conviction.

Dans un contexte que nos adversaires cherchent à tendre encore et toujours, dans un réflexe de panique confinant parfois à l’hystérie, on peut craindre d’inquiétantes dérives. Manuel Valls lui-même a sonné l’ouverture de la chasse en déclarant qu’il fallait « tout faire »pour empêcher le Front National de présider des régions. Jusqu’où ? On peut légitimement s’interroger sur le caractère profondément anti-démocratique et anti-républicain de ce type de propos.

Alors que les exécutifs régionaux se sont révélés défaillants dans leurs missions essentielles comme le développement économique, le soutien au TPE/PME, les transports, dilapidant bien souvent l’argent des contribuables pour financer des projets qui ne répondent nullement à l’intérêt général, l’heure de l’alternative patriote est venue pour nos régions ! De nos terroirs, qui sont les racines de l’arbre millénaire qu’est la France, peut venir la renaissance de notre nation.

Dimanche, si les Français le décident, une première étape dans la reconquête de notre pays sera amorcée. Il nous faudra alors tout donner dans la dernière ligne droite, pour que le 13 décembre soit un jour historique pour la France : celui de la fierté retrouvée.