Le gouvernement Valls et le mirage saoudien

Communiqués / 14 octobre 2015 / Étiquettes : , /

Communiqué d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen, Membre de la commission des Affaires étrangères

Dans le désert saoudien, M. Valls a pris les mirages pour la réalité. L’alignement français sur le camp sunnite emmené par Ryad, dont on voit l’impasse aujourd’hui, n’est en effet pas payé de retour sur le plan strictement économique. Minée par une politique pétrolière suicidaire, déstabilisée par une guerre sans fin au Yémen et divisée par des rivalités internes, l’Arabie Saoudite se montre ingrate envers la France, qui lui a pourtant tout concédé, et généreuse avec Washington qui lui a pourtant tout refusé.

Au lieu de contrats fermes que Paris était en droit d’exiger pour prix de son asservissement (comme Londres en son temps), il n’y a dans les retombées de ce voyage que des intentions toutes anciennes : satellites d’observation, patrouilleurs, ravitailleurs (réalisés en Espagne), et hélicoptères (fabriqués en Allemagne) sont en discussion depuis de nombreux mois, voire pour certains depuis des années ; le domaine civil est traité de la même manière, mais sans engagements fermes.

Bref, les 10 milliards€ annoncés triomphalement par M. Valls ne sont qu’un mirage de plus qui illustre la faillite de la diplomatie économique de M. Fabius mais également celle de la diplomatie conduite par le gouvernement dans le règlement des conflits régionaux et le choix des alliances.

Il est temps de rompre avec cet alignement sunnite suicidaire pour retrouver une tradition diplomatique française qui seule lui assurera respect, grandeur et honneur: respect de la souveraineté des régimes en place, maintien de l’intégrité territoriale des pays, soutien aux chrétiens d’Orient, liberté de discussion avec tous les acteurs des conflits, sans exclusive idéologique et évidemment défense farouche de nos intérêts.