Alstom : derrière les discours d'Arnaud Montebourg, l'enterrement d'une solution française !

Communiqués / 20 juin 2014 / Mots-clés : , /

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’annonce par Arnaud Montebourg du choix du gouvernement français en faveur de l’offre de l’américain General Electric dans le dossier Alstom, sonne comme une nouvelle trahison des intérêts de la France par le gouvernement socialiste.

Malgré toutes ses explications, Monsieur Montebourg valide l’abandon d’un fleuron de notre industrie à l’un de ses plus importants concurrents étrangers. En effet, selon les termes du ministre, une large partie des activités énergétiques d’Alstom (concernant notamment les turbines à vapeur), les plus stratégiques pour la France, seront dorénavant détenues par General Electric. La France renonce donc à son indépendance dans la filière électro-nucléaire.

Comme lors du rachat d’Arcelor par Mittal, nous assistons une nouvelle fois au dépeçage d’un géant français de l’industrie.

Ni américaine, ni allemande, ni japonaise, la seule solution qui convenait et qu’il convient encore de défendre pour Alstom est une solution française qui préserve son intégrité industrielle et notre indépendance.

Le Front National rappelle sa proposition de reprendre les parts de Bouygues par l’intermédiaire de la Caisse des Dépôts et Consignations, bras armé de l’Etat, et surtout de renoncer au dépeçage du groupe, en particulier la cession des activités stratégiques de l’énergie.