L'euro est un système darwinien

Actualités de la crise / 7 septembre 2013 / Étiquettes : /

Communiqué de Gilles Lebreton, conseiller Enseignement supérieur de Marine Le Pen, vice-président du SIEL

Les défenseurs de l’Union européenne ont tendance à parer l’euro de toutes les vertus. Politiquement, ils le présentent comme un instrument nécessaire à la construction des Etats-Unis d’Europe. Et sur le plan économique, ils l’estiment indispensable pour assurer la fluidité des marchés et des flux financiers. Dans la « boîte à outils » du parfait technocrate européen, l’euro tient lieu en quelque sorte à la fois du tournevis et du dégrippant.

Pour tous ceux qui sont attachés aux Etats-nations, ou qui n’ont pas renoncé à leur esprit critique, la réalité est beaucoup plus inquiétante. Le ministre finlandais des Affaires européennes, Alexander Stubb, fait partie de ces personnes lucides. Il a déclaré en 2012 que « l’euro est un système darwinien ».

On ne saurait mieux résumer la situation. L’euro est bel et bien un système darwinien parce qu’il empêche les Etats européens les plus en difficulté économique – dont la France – de restaurer par des dévaluations leur compétitivité face aux Etats européens les plus robustes – dont l’Allemagne. Il ne laisse ainsi aux Etats faibles aucun autre choix que de solliciter l’aide des Etats forts, lesquels, pourtant déjà bénéficiaires du système, en profitent pour exiger des contreparties (privatisations, politique d’austérité, mise sous tutelle…) qui renforcent encore davantage leur domination. L’ancien commissaire européen Mario Monti a qualifié ce phénomène de « créditocratie ».

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’euro n’a pas produit ces effets par hasard. Dès son origine, il a été délibérément conçu, sous couvert de beaux discours sur la paix et la prospérité en Europe, comme un moyen d’asseoir définitivement la domination des Etats forts sur les Etats faibles. Comme l’explique l’économiste Jacques Sapir, le traité de Maastricht de 1992, qui a décidé sa création, a été le fruit d’un « immense marchandage » dont la France et les Etats d’Europe du sud ont été les dupes. L’Allemagne a réussi à imposer la création d’une monnaie unique calquée sur le mark, donc très forte, lui permettant d’obtenir l’ouverture de leurs marchés aux exportations allemandes sans risque d’une soudaine dévaluation. C’est ce qui explique qu’aujourd’hui son excédent commercial soit essentiellement réalisé sur les pays de la zone euro, et notamment sur la France, l’Espagne et l’Italie. En 1992, l’Allemagne est parvenue à faire croire qu’en contrepartie ses partenaires bénéficieraient de taux d’intérêts avantageux, ce qui s’est vite avéré faux.

On sait donc aujourd’hui que le traité de Maastricht a été un marché de dupes. Ce triste constat est confirmé par l’économiste et prix Nobel Paul Krugman, qui explique qu’une unification monétaire favorise toujours les Etats déjà dotés des meilleurs atouts : dans le cas de l’euro, elle a permis à l’industrie allemande d’éliminer ses rivales française et italienne qui ne pouvaient plus se défendre par des dévaluations compétitives.

Il faut tirer les conséquences de ces analyses en revenant partout en Europe aux monnaies nationales, et en transformant éventuellement – comme le préconise Jacques Sapir – l’euro en monnaie commune. Faute de quoi la nation française disparaîtra progressivement de la scène internationale, à l’image de ces espèces dont Darwin explique qu’elles disparurent faute d’avoir su s’adapter à l’évolution du monde.