Rebondissements dans l’Affaire Tapie/Crédit Lyonnais : Marine Le Pen obtient gain de cause !

Communiqués / 1 février 2013 / Mots-clés : , /

Communiqué de Presse du Front National

Les nouvelles perquisitions qui viennent d’être menées dans le cadre de l’enquête sur les conditions dans lesquelles a été réglé le litige financier entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais, relancent une affaire qui avait coûté très cher au contribuable français.

Cette nouvelle avancée dans la procédure judiciaire qui pourrait déboucher sur la mise en cause de Christine Lagarde, ancienne ministre de l’Economie et visée par une enquête de la Cour de Justice de la République pour « complicité de détournement de biens publics » et « complicité de faux », a été obtenue grâce à l’action menée par Marine Le Pen.

Six mois avant les socialistes dont la plainte fut jugée irrecevable, Marine Le Pen, alors Présidente du groupe Front National à la région Ile de France, avait saisi en septembre 2008, Philippe Seguin, Président de la Cour des comptes, à propos des 285 millions accordés par un tribunal arbitral à Bernard Tapie pour mettre fin au litige l’opposant au Crédit Lyonnais.

Se déclarant compétent, le Président de la Cour des comptes s’était engagé à examiner les modalités de cette transaction et à juger des suites judiciaires à donner à ce dossier.

Ce nouveau rebondissement dans une affaire que certains, au plus haut niveau de l’Etat, espéraient classée, doit enfin permettre de faire toute la lumière sur les conditions de cette décision arbitrale qui fut pour le moins arbitraire.

- Lettre de Marine Le Pen à Philippe Seguin du 2 septembre 2008
- Lettre de Philippe Seguin à Marine Le Pen du 10 septembre 2008 suivront.