Drame de Furiani : l’indécente légèreté de la Fédération française de football

Communiqués / 19 janvier 2013 / Mots-clés : , , /

Communiqué de Presse d’Eric Domard, Membre du Bureau Politique, Conseiller au sport de Marine Le Pen

Noël Le Graët, Président de la Fédération française de football a donc tranché : il n’y aura plus de finale de coupe de France et de la Ligue le 5 mai ni de match en Corse pour marquer les tragiques événements de la catastrophe de Furiani survenue le 5 mai 1992.

Alors que l’île a été endeuillée par un drame qui a fait 18 morts et plus de 2 300 blessés sur une population de quelque 300 000 habitants, cette décision est accueillie comme un affront par la population insulaire, qui attendait que la fédération française de football ne fasse plus jouer de rencontre ce jour là, en mémoire des victimes et des familles des disparus.

Le Front National dénonce cette décision d’une incroyable légèreté que rien ne justifie, qui nie la dimension nationale de cette catastrophe, et tend à faire de nos compatriotes corses, des Français entièrement à part quand ils sont des Français à part entière.

Il réitère auprès des instances nationales du football et du ministre des Sports, sa demande faite il y a un an de sanctuariser cette date du 5 mai en ne programmant aucune rencontre de football professionnel sur tout le territoire national.