À Nîmes, réquisitoire très violent contre Julien Sanchez

Communiqués / 18 janvier 2013 / Mots-clés : , , , /

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint-Just, Avocat de Julien Sanchez

Octobre 2011, deux nîmois écrivent chacun un commentaire, au milieu de centaines d’autres, sur la page Facebook de Julien Sanchez, conseiller régional FN. Ils y dénoncent l’islamisation de la capitale du Gard.

Sur plainte de la compagne de M. Proust, élu UMP, le procureur cite J. Sanchez devant le tribunal correctionnel.

Audience de quatre heures ce 18 janvier 2013 : la procédure du procureur se révèle très insuffisante intellectuellement et juridiquement; cela ne l’empêche pas de livrer un réquisitoire très violent, déniant en réalité à J. Sanchez toute liberté d’expression, voulant l’humilier inutilement et réclamant la peine incroyable de 3 ans d’inéligibilité !

Au delà du problème de la responsabilité personnelle de J. Sanchez, combien de temps encore, des peines pénales très sévères seront-elles réclamées contre des élus du FN qui ne font qu’user de leur liberté d’expression ou permettent à des citoyens d’en user ?

En tout état de cause, ce procès est une tentative d’empêcher la progression fulgurante du FN dans le Gard et d’intimider son responsable local.