FESF et MES : un débat national s'impose sur cette usine à gaz coûteuse

Communiqués / 1 décembre 2012 / Mots-clés : , , /

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

En perdant leur note triple A selon l’agence Moody’s, les mécanismes européens MES et FESF créés dans le but de renflouer la monnaie unique ont montré leur extrême vulnérabilité. Présenté comme un rempart anti-crise, le mécanisme FESF-MES est en réalité un muret de paille.

En nous obligeant à garantir les dettes des pays victimes de l’euro ce mécanisme plombe nos économies. Il apparaît aujourd’hui qu’il est de surcroît inutile car très fragile.

A-t-on pourtant demandé aux Français leur accord sur ce sujet ? Leur a-t-on demandé s’ils acceptaient d’être garants de la dette des Grecs, des Portugais et demain des Espagnols et des Italiens ? Non.

Marine Le Pen demande l’ouverture d’un débat national sur nos engagements financiers dans l’incendie de la zone euro et sur la pérennité du mécanisme FESF-MES. Elle demande que toute la transparence soit faite sur les sommes que nous avons déjà engagées dans ce processus fou. La zone euro ne sortira pas de la crise avec de telles usines à gaz coûteuses. Elle se relèvera en se libérant avec méthode des dogmes qui l’étouffent, à commencer par l’euro.