Ayrault : des mesures d'une extrême pauvreté

Communiqués / 11 décembre 2012 / Mots-clés : , , , /

Communiqué de Presse de Marie-Christine Arnautu, Vice-présidente en charge des Affaires sociales

Les grandes mesures phares annoncées par Jean-Marc Ayrault à l’issue de la Conférence sur la Pauvreté, que ce soit l’augmentation de 10% sur 5 ans du RSA, ce qui correspond à 80 centimes par mois pour le RSA Socle, ou bien la création de 9000 places d’hébergement d’urgence dont la moitié sera réservée à des demandeurs d’asile donc à des clandestins, ou bien encore le contrat d’un an allouant 450€ par an aux jeunes au chômage, sont autant de mesurettes totalement insignifiantes, témoins d’un aveu d’impuissance de pompiers pyromanes.

Après avoir écouté les ministres s’indigner de l’état de déliquescence sociale, grandissant dans notre pays, nos compatriotes n’ont que deux solutions : soit se résigner en attendant à l’instar des Espagnols, des Grecs , des Portugais ou des Italiens de basculer inexorablement vers des tragédies sociales majeures entrainant surendettement, chômage, expulsion et suicides , soit rejoindre la révolution patriotique et sociale que propose Marine Le Pen à ces millions d’invisibles.

Cette asphyxie et cet appauvrissement auxquels sont confrontés au quotidien les actifs, les jeunes, les retraités, les handicapés, ne feront qu’augmenter si nous ne retrouvons pas la maîtrise de notre économie par une sortie urgente de l’Europe de Bruxelles, mais aussi la maitrise de nos frontières afin de stopper les pompes aspirantes d’une immigration débridée . Ce n’est que par le recouvrement de notre souveraineté nationale que la solidarité pourra enfin s’exercer face à nos compatriotes.

Avec près de 5millions de chômeurs auxquels ne sont proposés que des emplois précaires et sans avenir ou des mini-jobs sur le modèle allemand, le quinquennat de François Hollande ne fera qu’accélérer la destruction de notre pays, initiée par l’ensemble de ces prédécesseurs. Quoi de plus normal puisqu’il n’a pas changé une ligne au mortifère Traité Européen, gage de solidarité entre les banques !

8,6 Millions de pauvres soit 14% de la population. François Hollande peut être comblé, lui qui avait déclaré qu’il détestait les riches, il va sous peu se retrouver à la tête d’un pays dans lequel il n’y aura que des pauvres.

Pourtant, protéger son pays, protéger ses compatriotes d’abord, devrait être la plus noble ambition de celui qui occupe la plus haute fonction de la République.

Afin de préserver une protection sociale de qualité pour tous les Français, une véritable sécurité sociale au sens large du terme, il faut enfin se rendre au bon sens prôné par Marine Le Pen en cessant ce dogmatisme de l’ouverture des frontières à tous vents, du refus obstiné du cadre national, de l’allégeance au monde de la finance, idéologies dévastatrices. Nous devons retrouver notre souveraineté nationale pour revenir progressivement au plein emploi en enrayant les délocalisations, nous devons instaurer la priorité nationale en matière d’emploi et de logement, nous devons enfin redonner à l’Etat ses prérogatives régaliennes de solidarité nationale envers les plus vulnérables d’entre nous.