Création de quatre « zones de sécurité prioritaire » en Haute-Normandie : un effet d’annonce déconnecté des enjeux de sécurité

Communiqués / 16 novembre 2012 / Mots-clés : , , /

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Président du groupe FN au Conseil régional de Haute-Normandie, Membre du Bureau Politique du Front National

Manuel Valls poursuit sa politique de communication dans la lignée du précédent gouvernement. La Haute-Normandie n’échappe pas à cette stratégie. Quatre quartiers ont été choisis en Seine-Maritime et dans l’Eure de manière totalement aléatoire pour masquer l’incapacité des socialistes à lutter contre l’explosion de l’insécurité. Faire semblant d’agir pour occuper médiatiquement le terrain, telle est l’unique obsession du ministre de l’intérieur. En cela, il n’a rien à envier à ses prédécesseurs de l’UMP.

Ces mesures dérisoires ne se traduiront ni par des hausses significatives d’effectifs, ni par des hausses de moyens. Bien au contraire, elles contribueront à déséquilibrer davantage la présence et l’intervention des forces de l’ordre sur notre territoire au détriment notamment des secteurs ruraux où les braquages se multiplient et où les cambriolages n’ont jamais été aussi nombreux.

Une politique de sécurité publique efficace nécessite une cohérence totale entre l’action des forces de Police et celle de la Justice. Or, Christine Taubira, symbole du gaucho-laxisme et de l’impunité pour les délinquants, vient d’annoncer une série de mesures irresponsables anéantissant le travail de la police. On ne peut pas prétendre être ferme avec les islamistes ou les dealers dans les cités alors qu’on crée dans le même temps des « salles de shoot » et que l’on cède à toutes les revendications politico- religieuses de l’islam radical.