Accueil

Le site officiel du Front National (FN)

Comment l’IGS a perdu son triple A

Communiqués / 16 janvier 2012 / Étiquettes : , , /

Communiqué de Presse de Paul-Marie Coûteaux, Porte-parole de campagne de Marine Le Pen

« Je veux une République irréprochable » clamait Nicolas Sarkozy, candidat battant l’estrade durant la campagne de 2007. Les révélations récentes sur l’incroyable opération conduite par l’IGS à l’encontre de quatre fonctionnaires de la Préfecture de Police de Paris injustement accusés de trafic de titres de séjour illustrent jusqu’à la caricature l’affaissement de l’esprit public depuis l’élection de Nicolas Sarkozy.

Ainsi, plusieurs fonctionnaires humiliés et blessés dans leur honneur ont été instrumentalisés dans une opération de basse police conçue pour déstabiliser un ancien membre du cabinet de Jean-Pierre Chevènement, Yannick Blanc, homme réputé pour son intégrité mais coupable de n’avoir pas accepté les combinations des clans. Tous ont été aujourd’hui innocentés par la Cour d’Appel de Paris : de forts soupçons de falsification pèsent donc sur l’IGS, impliquant la responsabilité de celui qui était alors son chef. Faut-il donc croire que l’administration est soumise à l’arbitraire d’un système clanique ?

Au demeurant cette affaire, qui écorne la légitimité de nos institutions, a valeur de défaite morale. Il est temps de restaurer la vertu républicaine, à commencer par la neutralité de l’administration et l’impartialité de l’Etat.