Discours d’investiture de François Hollande : l’imposture socialiste

Communiqués / 22 octobre 2011 / Mots-clés : , /

Communiqué de Presse de Louis Aliot, Vice-président du Front National en charge du projet :

Après une bonne demi-heure d’autocongratulations entre amis, le candidat François Hollande a prononcé son discours dans une salle dont on retiendra la quasi absence de drapeaux français.

Devant les principaux éléphants du parti François Hollande s’est contenté de dénoncer la droite pour vanter les mérites de la gauche au pouvoir qui pourtant compte à son actif la trahison des classes populaires, la disparition du monde ouvrier et le soutien sans faille à l’immigration sans limite.

Reprenant la même thématique sarkozienne sur l’utilité de la mondialisation et de l’économie ouverte, loin de la courageuse opposition au traité constitutionnel européen de 2005 portée par certains socialistes, il s’est engagé à aller encore plus loin en matière d’Europe fédérale.

Proposant plusieurs pactes productif, éducatif et démocratique, il s’est adressé à des clientèles de gauche et de bobos dont les priorités semblent se résumer au mariage gay, au droit de vote aux étrangers et à la repentance coloniale.

Vantant les mérites de « mai 1968 », il n’a pas eu un mot pour les français qui souffrent et n’a pas évoqué la réindustrialisation, le pouvoir d’achat, la résorption de la fracture sociale, l’école républicaine, l’emploi, le renouveau de la ruralité, la sécurité, la famille, la laïcité, l’immigration ou la France.

Mettant en scène le parcours de François Mitterrand et les combats sociaux du siècle dernier, le candidat socialiste n’a pas mesuré à quel point il était en décalage avec l’opinion car, comme la droite et Nicolas Sarkozy, la gauche au pouvoir a été un échec dont les plus modestes ont été les victimes et les plus aisés les grands bénéficiaires.

Le candidat Hollande n’a qu’un seul projet se substituer à la droite au pouvoir pour pratiquer la même politique et servir ses amis en priorité !

Au-delà de ces querelles de privilégiés, il est grand temps de renverser ce système et avec Marine LE PEN, de redonner la parole au peuple pour assurer un avenir à la France.